Nemu'Run Chapitre 6

Le rouge et le bleu.

Nemuru


Hello, lecteurs et lectrices de tout poil. Voici le chapitre 6 du Nemu'Run. Oui c'était long, non je n'ai pas d'excuses à par celles que je vous sert à chaque fois. L'aventure Nénucrique-Atalanopolis est assez longue donc j'ai préféré faire deux chapitres plutôt qu'un seul pavé indigeste. Celui-là l'est déjà bien assez. J'espère que vous prendrez plaisir à lire ce que j'ai pris plaisir à écrire. On se retrouve dans 3 ans pour le chapitre 7.


Résumé des épisodes précédents : L'enquête d'Apollo l'a mené à la poursuite de la Team Aqua au Mont Memoria. Mais après avoir laissé Arthur s'échapper, notre héros doit faire face à Flora, qui décide de lui retirer l'affaire. Apollo décide de combattre Flora pour rester en course, mais perd Carol dans l'affrontement. Désormais sans puce de traçage et libre comme l'air, il décide de terminer la mission qu'il a commencée.

Chapitre 1, Chapitre 2, Chapitre 3, Chapitre 4, Chapitre 5

Image title

Walter

Image title

Kriss

Image title

Irina

Image title

Bongo

Image title

Magne

Image title

Alphonse

Planque Magma

La porte vole en éclats. Le sbire lâche un cri de fillette effrayée et court se réfugier derrière un bureau au milieu de la pièce. Je n’ai pas le temps de jouer.

- Crache le morceau. Où est Max ? Où est l’orbe ?

Le sbire lâche un nouveau couinement. Il jette un regard affolé derrière moi. Peut-être imagine-t-il que les cadavres de son Medhyèna et son Nosferapti vont miraculeusement repartir au combat. Mais j’ai nettoyé l’étage. Il n’y a personne.

- Répond ou mon Laggron va tellement te farcir le bide de glaise que tu chieras des briques jusqu’à la fin de ta vie. Si tu survis.

Il blêmit.

- Ok ! Ok ! Max est tout au fond du repaire ! Il veut réveiller Groudon avec l’Orbe pour assécher les mers d’Hoenn et étendre la terre ! C’est tout ce que je sais ne me faites pas de mal par pitié !!!
- Walter…
- NON !!!

Walter assène un puissant coup de patte sur le crâne de l’infortuné. Pas assez  pour le tuer, mais suffisamment fort pour l’envoyer au pays des rêves le temps que je règle son compte à Max.

Image title

Retrouver la Team Magma a été un contretemps fâcheux. Mais c’était ma piste la plus tangible. Le sceau Magma était en fait une balise GPS pour indiquer l’emplacement de la base mère aux sbires égarés. Très pratique. Un peu trop peut-être. Trouver la planque a été un jeu d’enfant. Après avoir enterré Carol j’ai préféré quitter Nénucrique un temps. Attaquer la Team Aqua aurait été un mauvais choix. Mon enquête n’est pas finie. M’attirer l’attention des flics ne ferait que me gêner encore plus.

Le Mont Chimnée est un vrai gruyère. Si l’entrée était bien camouflée, les cavités creusées à l’intérieur du volcan tiennent de l’amateurisme. Des excavatrices au repos gisent çà et là. Un tas de machines complexes ronronnent dans toutes les salles que je traverse. Et il fait chaud, putain.

Les sbires semblent choqués de voir que leur camouflage ne m’a pas trompé. Mais ils sont vite emportés par la furie destructrice de Walter qui calme tout le monde à coup de Surf. Bongo me suit en trottinant, épaté par l’aménagement des terroristes. Pour faire parler les sous-fifres, j’utilise aussi la menace de la rupture d’anévrisme à coup d’attaque psychique. Radical. Aucun Nosferapti ne résiste à ses attaques.

Je déboule au fin fond de la caverne, suant comme un Frison. La chaleur est insupportable et j’ai l’impression que Walter se dessèche sur place. Je le rappelle à moi, mais garde un Bongo guilleret à mes côtés. J’aimerais avoir son Isograisse… Plus loin, j’entends un bruit de bulles qui éclatent.

Non… Ils n’auraient pas osé…

Image title

Une mare de lave rougeoie au centre de la pièce. Les ombres vacillent sur les parois de pierre. Plongé dans la roche en fusion, un gigantesque Pokémon fossilisé semble attendre l’offrande qui déclenchera son courroux divin. Je réprime un frisson malgré la chaleur suffocante. Ces types sont des malades. Le cœur du volcan est très instable. Réveiller un tel monstre pourrait causer notre perte. Il faut que j’arrête Max à tout prix.

- Te voilà…

Je me retourne, prêt au combat.

- C’est trop tard Apollo. Tu as interféré dans mes plans une fois de trop. Groudon va te régler ton compte une bonne fois pour toutes !!

J’aperçois trop tard l’Orbe que Max porte au creux de sa main. Il l’élève vers la statue en psalmodiant :

- Réveille toi Groudon ! Obéis moi et anéantis ces insectes qui osent vouloir stopper ta chaleur purificatrice !!

L’orbe se met à luire d’un reflet bleuté. Au même moment, je constate avec horreur que la statue s’anime. Merde, merde, merde, merde, merd…

Il est trop tard.

Groudon s’éveille de son sommeil millénaire et pousse un rugissement qui fait trembler les murs du volcan. Des gerbes de laves giclent vers le plafond, comme pour accueillir cet annonciateur d’apocalypse. Bongo me transporte en sécurité par télékinésie. Une seconde d’inattention de plus et mon enquête se terminait en tas de cendres.

- Merci, vieux.

Bongo hoche la tête. Il est terrorisé, mais il assure. Max éclate de rire. Mais son rire meurt très vite dans sa gorge. Groudon disparaît dans la lave.

- Qu-qu-quoiiiiiii ?!! Groudon ! Reviens ! Tu es censé m’obéir !! Groudon, reviens ici tout de suite !!!

Peine perdue. L’immense silhouette vermillon finit par se confondre avec les fumerolles rougeoyantes de la lave.

Groudon a disparu.

Image title

Je suis vivant.

Putain, je suis vivant.

Je n’en reviens pas. Tout ça s’est passé en un instant.

- APOLLO !! TOUT ÇA, C’EST DE TA FAUTE !! TU VAS PAYER ICI ET MAINTENANT !

Les battements de mon cœur n’ont pas le temps de revenir à un rythme normal que déjà, un Nostenfer surgit devant moi.

- Bongo, Psyko !

Le Nostenfer s’arrête net dans sa course. Il a morflé. Max serre les dents. Il enrage. Je le vois sortir une Hyper Potion de sa tunique.

- Nostenfer, viens à moi que je te soigne !

L’aller-retour du Pokémon ennemi est fulgurant. Mais se soigner à la vitesse de l’éclair ne fait que repousser de quelques secondes l’inévitable issue de ce duel.

- Tu es déjà condamné.
- Cru-Ailes !

Les ailes tranchantes du Nostenfer éraflent la graisse de Bongo qui n’accuse même pas le coup.

- Psyko.

Le Nostenfer s’arrête à nouveau en plein vol, la bouche ouverte. Le cri ne vient pas. La chute, si. Un coup critique imparable. Pas assez puissant pour tuer cela dit. J’observe, amer, le rayon rouge ramener le Pokémon évanoui.

- Camerupt, tue-moi ces deux abrutis ! Séisme !!
- Max, ne fait pas le con c’est trop dang… Bongo, esquive et Psyko !!

Malgré sa corpulence, Bongo est plus rapide que ce gros machin devant nous. L’attaque touche le Camerupt, mais il encaisse l’attaque plutôt bien. Merde.

Image titleJe sens les prémices de l’onde de choc jusque dans la semelle de mes baskets. Ça craint.

La terre s’ouvre dans un craquement sinistre. Le sol de la cave vibre à tel point que je dois m’accrocher à la première stalagmite venue pour ne pas me casser la gueule. Des geysers de lave giclent des crevasses créées par l’attaque. Bongo vacille…

… et tombe dans la faille.

- NOOON !!!
- Excellent !!!

Comme dans un film au ralenti, je vois mon Groret tomber au fond du gouffre. Le bruit de mon hurlement est couvert par le vacarme de la lave qui rugit en contrebas. Bongo meurt dans une éclaboussure dorée. Je serre les dents. Et le poing.

- Bongo, espèce de crétin !! Tu ne pouvais pas regarder… Regarder où…
- Crève Apollo, toi et ton équipe de vermines ! Séisme à nouveau !

La folie meurtrière de Max me sort de ma torpeur. Pas le temps de réfléchir. Je prends la première Pokéball qui me tombe sous la main.

Kriss sort de la Ball en me jetant un regard noir. Ah, oui, c’est vrai. Je l’avais oublié celui-là. Après la mort de Carol j’ai pris le premier Pokémon qui dormait dans mon PC. Un Absol contre un Grahyèna. Je ne sais pas si j’y gagne au change. Lui non plus j’ai l’impression. Et chaque fois que je le sors pour combattre, je me demande s’il m’en veut de l’avoir arraché à sa vie sauvage. Mais je canalise son amertume sur l’adversaire.

- Tranche, Kriss, venge Bongo !

Kriss me jette un regard de dédain et je crois même voir un sourire illuminer sa face noire. Ce Pokémon n’a pas montré des signes d’intégration avec les autres. Son côté solitaire et rigide lui a vite valu l’étiquette de paria pour les autres membres de l’équipe.

Au moins, il obéit.

Agile, il esquive l’onde de choc du Camerupt et, toutes griffes dehors, lui érafle la joue. L’adversaire pousse un brame de bête blessée et s’écroule dans les pierres. Et de deux.

- Grahyèna, à toi !

Oh, tiens.

- Continue comme ça Kriss. Tranche à nouveau !

J’ai l’impression de revivre le combat contre Sarah, au Centre Météo. Les deux Pokémon se jettent l’un sur l’autre. La dent contre la griffe. Le blanc contre le noir. Les ombres créées par la lave donnent au combat un aspect fantomatique et dantesque. Max et moi ne donnons plus d’ordre. Nous savons que le meilleur gagnera. Kriss et son adversaire sautent de pierre en pierre, esquivent les colonnes de lave et disparaissent derrière un piton rocheux. Des couinements et des aboiements se répercutent en écho dans la grotte. La fin est proche. D’un revers de manche, j’essuie la sueur qui perle abondamment sur mon front.

Et effectivement, Kriss remporte le combat. Enfin, j’imagine. Je ne vois réapparaître que mon Pokémon sur une aspérité du mur, un peu plus haut. La lave illumine mon Absol d’un rouge teinté vermeil, mais je distingue malgré tout que du sang a giclé sur sa bouche et son pelage. Ce n’est rien en comparaison de son adversaire que j’aperçois enfin, écroulé à ses pieds. Je me retiens de vomir. Le Grahyèna git au sol, éventré.

- Qu’est-ce qu…

Max ne comprend pas. D’un coup de patte, Kriss fait glisser le cadavre de l’aspérité. Le Grahyèna tombe dans la lave.

- NON !
- Excellent.

Le leader de la team Magma tombe à genoux. Je n’ai plus rien à faire ici. Max a son compte. Le problème Magma est résolu.

Sentier Sinuroc

L’air frais me fait un bien fou. J’avais besoin de ça. Mes vêtements sont poisseux de sueur et je suis trempé. Les cendres du Mont Chimnée tombent mollement sur mes cheveux. Le sentier Sinuroc… J’y ai rencontré Bongo, et j’y ai perdu Bongo…

De la sueur vient me couler dans les yeux.

Derrière moi, la porte éventrée de la cache Magma laisse échapper des clameurs de sbires affolés. La police sera bientôt là. Je dois filer. Mais mes Pokémon ont besoin de soins.


Je récupère un nouveau Pokémon dans l’ordinateur du Centre de Vermilava. L’infirmière me dévisage un moment quand elle me remet mes Pokéball. Je lui tourne le dos avant qu’elle n’ouvre la bouche. Je suis déjà passé par là et cette femme m’a certainement reconnu. Je dois me tirer.

- Hé ! Vous ne pouvez pas faire attention ?

En me retournant trop brusquement, j’ai bousculé une jeune femme. Elle se masse l’épaule en grimaçant.

- Désolé.

Elle relève la tête pour me dévisager et je lui rends son regard. Je connais ce visage… La jupe fendue. Le décolleté. Le micro.

Zut.

- Mais c’est VOUS ! Je vous ai trouvé ! Je…

Je la prends par le bras et la tire brusquement hors du Centre Pokémon. Pas besoin d’une scène ici. Ça, ce n’était pas prévu.

Je la traîne dans une petite impasse derrière le bâtiment. Comme si elle venait de décrocher son premier scoop, la journaliste me lance :

- Votre tête a été diffusée dans toutes les rédactions ! Tout le monde vous cherche !
- Je sais. Inès, il ne faut pas qu’ils me trouvent. J’ai un travail à finir. Et j’ai besoin de votre aide.

Ses yeux se font moqueurs et sa bouche se pince en un rictus amusé.

- Ah tiens, maintenant on a besoin des journalistes ! Et pourquoi je vous aiderais ?
- J’ai besoin d’une cachette.
- Ça ne répond pas à ma question.

Je soupire. La tentation de la noyer dans les sources d’eau chaude de Vermilava est très séduisante. Mais je peux l’utiliser à mon avantage.

- J’ai besoin d’un endroit où disparaître, même si ce n’est qu’une journée. Si vous m’aidez, je vous donne le tuyau du siècle.

Ses yeux s’illuminent.

- Le tuyau du siècle ?

Je lui murmure mon idée à l’oreille. Ses yeux s’écarquillent encore un peu plus.

- Bien vrai ?
- Qui d’autre ?

Un grand sourire vient illuminer son visage. Elle me prend la main et la secoue vigoureusement.

- C’est d’accord ! Partez à Poivressel, j’y ai un logement de fonction. Vous ne pourrez y rester qu’une journée, mais c’est assez n’est-ce pas ?
- Oui. Il faut juste que je me remette les idées en place.
- Parfait. De toute façon, je doute que la police s’inquiète de vous rechercher. Les officiers municipaux sont affectés à la conférence de presse du Capitaine Poupe demain.
- Une conférence de presse ?
- Oui, il inaugure son sous-marin d’exploration. Il en est très fier apparemment. Hoenn TV transmettra la cérémonie en direct de l’embarcadère de Poivressel.
- Ok.

Si les gens ont les yeux rivés sur leur télé, je serai tranquille.

- Merci Inès.
- De rien, Apollo. N’oubliez pas votre promesse.

Elle me tend les clés de ce que j’imagine être son appartement. L’adresse est inscrite sur le trousseau. Je hoche la tête dans sa direction en tournant les talons. Je n’ai que trop traîné dans le coin.

- Ah, Apollo !
- Moins fort !!

Elle m’attrape le bras.

- Apollo… Je sais que vous êtes un type bien dans le fond. Je sens ces trucs-là. Merci pour ce que vous faites.

Je me dégage d’un mouvement de bras et rabats ma capuche. Le soir tombe. Direction Poivressel.

Poivressel

L’appartement d’Inès est relativement confortable. Équipé d’un mobilier sommaire, il remplit parfaitement son office de planque, le temps d’une journée. On sent que la journaliste n’occupe pas souvent les lieux. De toute façon, le lit et la télé sont les seuls objets que j’ai utilisés. J'ai passé ma nuit affalé sur le pieu. Sur la table de la cuisine sont jeté pêle-mêle toutes les notes que j'ai réunies sur mon enquête. Sans aboutir à grand chose. Avec la Team Magma hors course, il faut que je concentre mes efforts sur Arthur et sa bande. 

La jeune femme avait vu juste. L’actualité du jour est bien l’inauguration du sous-marin d’exploration de Poupe. Le temps où je jouais les coursiers pour Devon et lui me semble très, très, très lointain. Inès, pimpante, pose des questions à la foule massée devant l’embarcadère. Je n’écoute que d’une oreille.

Soudain, le téléphone sonne.

Je tressaille. Je n’avais même pas remarqué qu’il y avait un téléphone dans l’appartement. Décrocher ? Risqué. D’un autre côté, qui appellerait l’appartement vide d’une journaliste toujours en vadrouille ? Je décroche le combiné… Et suspends mon geste.

Oui. Non. Attends. Seule Inès sait que je suis là. Mais si elle est à la télé, qui…

- Apollo.

La voix à l’autre bout du fil me renvoie une fois de plus à Vermilava.

- Adrie ?
- Adrianne.

Sa voix est distante et hésitante. Mais ferme.

- Comment as-tu su… ?
- Inès.

Question con. Évidemment, Inès.

- Adrie… Adrianne. Écoute, désolé pour la dernière fois. Je ne voulais pas…

Elle me coupe sèchement.

- Je m’en fous, Apollo. Je me fous de tout ça. Je cherchais un responsable, pour mon père. Après la mort de grand-père, je me suis retrouvée seule et…

Sa voix se brise en sanglots. Je me sens très bête. À la télé, Poupe rigole au micro d’Inès.

- Adrianne. Alex… Ton père était un homme fort et loyal. Et juste. J’aurai dû l’écouter. Depuis le début, j’aurai toujours dû écouter ce que me disait ton père. Lorsqu’on s’est retrouvés dans ces bureaux à Voilaroc je… Je ne sais pas ce qui m’a pris.
- Je sais déjà tout ça. À la mort de papa j’ai pu lire le rapport de la police. Je sais tout, Apollo.
- Adrianne…
- Je sais qu’ils ont dû abattre ton Trioxhydre. Ils ont dû tuer ton Pokémon parce qu’il avait massacré mon père. Et parce qu’il allait réserver le même sort aux otages.
- Je ne voulais pas ça ! Je ne sais pas ce qui…
- Mais tu l’as fait. Oh oui tu l'as fait. Et tu as payé. Pas encore assez, mais tu as payé.

Un silence insoutenable ponctue sa dernière phrase. Au loin, j’entends des sanglots. La petite Adrie a bien grandi. Et moi, je ne suis devenu qu’une sombre loque. Je n’ai jamais vraiment su ce qui s’était passé ce soir-là. Je sais juste que ma vie a basculé vers le cauchemar. Mais ce genre de discussion n'a pas lieu d'être, ici et maintenant.

- Adrianne. Toute une vie derrière les barreaux ne suffira pas à payer pour la mort de ton père. Mille excuses ne suffiraient pas à me faire pardonner. Ma vie sur un plateau ne ramènera pas Alexei. Mais aujourd’hui, des vies, je peux en sauver des milliers. Appelle ça une tentative de rédemption, ou une fuite en avant. Peu m’importe. Mais sache que j’aimais ton père comme un frère, et que…

Il se passe quelque chose dans la télé. La caméra gigote dans tous les sens. Les gens s’affolent. J’écrase de mon poing libre la touche mute de la télécommande.

- …se passe quelque chose ! On a entendu deux explosions venant de l’embarcadère. Les gens son terrifiés !

Une nouvelle explosion se fait entendre. Les murs de l’appartement tremblent. Inès pousse un cri. Derrière la caméra, j’entends Guy lâcher un « merde ! », retentissant. Une voix couvre alors les clameurs effrayées.

- Habitants de Poivressel ! Ici Arthur, de la Team Aqua ! Je réquisitionne ce sous-marin, Poupe !

Eux.

Je lâche le combiné qui vient frapper le sol dans un bruit de plastique cassé. Je crois qu’Adrianne lâche un dernier mot avant l’interruption, peut-être, je ne sais plus. Je suis déjà dans la rue.

***

Coup de bol, l’appartement d’Inès est proche de l’embarcadère. Je n’ai que quelques centaines de mètres à parcourir avant d’arriver au hangar de Poupe. Difficile de se tromper de chemin. En courant, je croise d’autres habitants du quartier qui fuient en sens inverse en criant.

Et au détour d’un pâté de maisons, j’arrive sur les lieux. Sale impression de déjà vu. La police municipale est aux prises avec la Team Aqua. Un cordon de sécurité maintien les badauds et la presse à distance raisonnable. Je reconnais Guy et Inès dans la foule. La jeune femme, imperturbable, poursuit son direct tandis que les forces de l’ordre déchaînent leurs Caninos contre les Carvanha, les Medhyèna et les Nosferapti des criminels. C’est pas gagné. Mais nulle trace de Poupe, ou d’Arthur.

Personne ne fait attention à moi.

Je contourne le bâtiment par l’arrière. Peu nombreuse, toute la police est concentrée sur la façade avant. Une chance. J’escalade sans mal le mur en béton gris et pénètre dans les lieux par un petit soupirail entrouvert. Je suis sous le toit, au niveau des poutrelles métalliques.

- Magne, lumière.

La faible lueur du soleil couchant diffusée par les deux hublots du hangar n’est pas suffisante pour que j’aperçoive quoi que ce soit. Magne lévite à mes côtés en silence, éclairant juste ce qu’il faut pour que je ne me casse pas la gueule en contrebas.

Des reflets azur m’indiquent qu’il y a de l’eau, en dessous. Et le clapotis des vagues sur du métal me laisse croire que le sous-marin n’est pas encore parti. La voix de Poupe s’élève alors, geignarde.

- J’ai consacré des mois de recherche à la création de ce sous-marin et vous voudriez que je vous accompagne pour accomplir je ne sais quelle horreur ? Plutôt mourir !

Une voix plus grave et posée prend la parole. Arthur.

- J’aimerais que vous coopériez, plutôt. Votre mort ne nous aiderait en rien. Nous n’avons plus beaucoup de temps, c’est donc la dernière fois que je vous le demande avant de vous faire du mal : aidez-nous dans notre projet.
- Jamais !
- Sarah… Fais ce que tu as à faire.
- Magne, Météores !

Une pluie de projectiles éclabousse le petit monde d’en bas. Pas assez puissante pour blesser Poupe, mais suffisamment violente pour me donner le temps de descendre les rejoindre, aidé par mon Vibraninf.

- Apollo ! Arceus soit loué. Aidez-moi !
- Apollo ?

Arthur crache et tousse tandis que Sarah s’est placée entre le scientifique et son chef, bien décidée à combattre. Magne descend mollement à notre niveau, les aimants chargés d’électricité.

- C’est inutile Sarah. Je t’ai déjà battue. Tu es désavantagée.
- Sarah ! On a le sous-marin ! Fuyons !!

Je réagis trop tard et donne l’ordre à mon Magneton de décharger toute son électricité sur le chef de la Team Aqua et son adjointe alors que les deux fugitifs referment l’écoutille du sas.

- Apollo… L’électricité ne marche pas contre ce sous-marin.

J’entends les moteurs se mettre en marche et le bâtiment sombre sous nos yeux dans une gerbe d’éclaboussures. J’aperçois l’ombre du sous-marin filer en trombes en serrant le poing. Soulagé, Poupe me serre la main.

- Merci beaucoup Apollo. Tu m’as sauvé ! Franchement, j’ai bien cru qu’ils allaient me faire entrer de force dans leurs sales combines. Mais mon sous-marin…

Image title

Il renifle bruyamment. Dehors, j’entends les clameurs du combat entre les sbires et les flics. Il va bientôt être urgent de se tirer.

- Ils devaient faire attention à ne pas vous abimer. Pourquoi vous voulaient-ils à leurs côtés ?
- Je ne sais pas. Ils parlaient d’un Pokémon sous-marin mythique, mais n’avaient pas réussi à pirater ma cartographie des mers d’Hoenn. J’imagine qu’ils voulaient que je leur donne le code d’accès de mon disque dur. Ou mieux : que je les guide je ne sais où.
- Un disque dur ? Que contient-il ?
- Les données cartographiques des fonds marins d’Hoenn. Avant de construire mon sous-marin, j’ai sillonné les mers avec un sonar et…
- Épargnez-moi les détails.
- En théorie, ces données fournissent l’accès à toutes les grottes sous-marines dans un rayon de 50km au-delà de toutes les côtes d’Hoenn. Je dis bien en théorie, car on n’a jamais pu explorer ces fonds. Enfin j’aurais pu, mais…

Merde. Si la Team Aqua a ces données, réveiller Kyogre devrait être à leur portée. Tout comme la Team Magma a ressuscité Groudon.

- Où sont ces données ?
- Par défaut, elles étaient enregistrées dans le sous-marin. Mais il fallait un code connu de moi seul pour y accéder. C’est pour ça qu’ils voulaient…

Je doute très fortement qu’il faille longtemps à Arthur et ses sbires pour déchiffrer le code. Je dois prendre les devants. Et je sais déjà où ils sont partis. J’attrape une Pokéball.

- Walter, tir de boue pleine puissance !!

L’attaque de mon Laggron éventre la tôle du hangar. La création de cette porte de sortie a été un peu bruyante, mais je n’ai pas de temps à perdre. Poupe me regarde, hébété.

- Apollo ?
- Je dois y aller, prof. Ne dites à personne à l’extérieur que vous m’avez vu. Je m’occupe de trouver votre sous-marin.

Le scientifique me regarde un moment sans comprendre, puis soupire en souriant.

- Très bien mon ami. Bon courage à vous.

J’acquiesce d’un bref signe de tête. Irina vient m’attraper les épaules.

- Vole, Irina ! Direction Nénucrique !

Mon Vibraninf fait claquer ses mandibules et me propulse dans les airs.

Nénucrique

La porte vole en éclats. Le sbire lâche un cri de fillette effrayée et court se réfugier derrière un bureau au milieu de la pièce. Je n’ai pas le temps de jouer.

- Crache le morceau ! Où est Arthur ? Où est le sous-marin ?

Magne fait crépiter de l’électricité au bout de ses aimants. Le sbire se raidit en serrant les dents. Il sait qu’il est foutu. S’attirer les foudres d’un mec qui possède un Magneton quand on appartient à la Team Aqua est un calcul hasardeux.

- Réponds ou je te fais fondre le cerveau et te le fais couler par les oreilles.

La pièce s’emplit d’électricité statique. Le sbire se recroqueville un peu plus.

J’ai dû attendre la nuit noire pour pénétrer la planque de la Team Aqua. Nénucrique est un peu plus grande que Poivressel, et c’est là que j’ai officiellement été aperçu pour la dernière fois. Je dois me faire discret. Mais la police a d’autres chats à fouetter. La couverture de la Team Aqua a volé en éclats lors du vol de Poivressel. Les perquisitions des flics ici ne sont plus qu’une question de temps.

Image title

M’infiltrer dans la planque a été très facile. Magne a été d’une aide plus que précieuse et les Pokémon ennemis sont tombés en un éclair. Je sens néanmoins que les effectifs se réduisent comme peau de chagrin. Peut-être parce que la majorité de la Team Aqua est occupée ailleurs. Poivressel… ? J’ai désactivé la principale source d’électricité du repaire, deux Électrode. J’en ai capturé un au passage. Maintenant, la lumière clignote par intermittence. Aucun signe d’Arthur, de Sarah, ou du sous-marin.

Voyant que je commence à perdre patience, le sbire lâche tout d’un coup :

- L’embarcadère est dans le dernier bâtiment ! Sous le bureau d’Arthur. Deuxième niveau, après le hangar aux containers. Je n’en sais pas plus ! D’autres équipes sont parties en mer, mais moi et les autres restés ici ne savons rien du plan ! Je vous en pr…

Il n’a pas le temps de finir sa phrase. Magne lui a balancé une décharge électrique. L’homme s’évanouit la bave aux lèvres.

Pas facile de se repérer dans les couloirs quand la lumière ne joue plus le jeu. J’aurai dû y penser avant de désactiver les Électrode. Cette idée de génie me coûte cher.

Je faillis débouler dans l’embarcadère de la planque, mais m’arrête juste à temps.  Je me cache derrière une rangée de bidons d’huile après avoir furtivement rappelé mes Pokémon. Arthur et Sarah sont là. Le sous-marin aussi. Ils y chargent des caisses. Ils ont le code de Poupe, à coup sûr. Il n’y a pas un instant à perdre. Je bondis de ma cachette.

- Arthur, Sarah, plus un geste ! Magneton, Onde de ch…

Image title

Mais Magne n’a pas le temps de sortir de sa Pokéball. Un énorme poing vient me cueillir sous le menton. Je tombe à genoux, étourdi par le choc. Ma vue se trouble et mes oreilles bourdonnent. J’entends une voix grave crier des choses à Arthur et Sarah que je vois immédiatement monter dans le sous-marin. Merde… Pas encore…

Une grosse main m’attrape par le col et me soulève de terre. Le molosse bodybuildé qui se tient en face de moi ne rigole pas.

- Alors Apollo, on pensait foutre la merde encore une fois, hmm ? Tu es mal tombé mon gars. Moi c’est Matthieu. Et je vais te mettre en pièces.

Je lui crache un glaviot de sang dans la gueule. Il me lâche en poussant un juron. Juste assez de temps pour attraper ma Pokéball.

- Walter !
- Grahyèna !

Carol me revient brutalement en tête, mais Walter prend les devants avant même que l’ordre ne franchisse mes lèvres. Un jet d’eau propulse l’adversaire à la flotte. Le rayon rouge de la Pokéball de Matthieu rappelle un Grahyèna trempé, flageolant, et qui a perdu la volonté de se battre.

- À toi, Nosferalto !
- Oh ! Original…

Le Nosferalto est accueilli par la même attaque qui a envoyé son camarade au tapis. Il encaisse mal la tonne d’eau dans la tronche. Mais il se relève en battant frénétiquement des ailes.

- Reviens Walter.

Mon Laggron me jette un regard de dépit avant de disparaître dans sa Pokéball. J’ai définitivement perdu le jeune Gobou qui me trottait dans les pattes à Bourg-en-Vol.

- Hey ! Ce n’est pas fini !

Je fais sortir Cendrine qui atterrit sur le sol froid et dur du hangar. Ma Goupix jette un regard alentour avant de reporter son attention sur moi. Je me sors une clope que je porte à mes lèvres.

- Feu follet.

Cendrine acquiesce et crache une boule de feu violette qu’elle fait voler jusqu’au bout de ma cigarette. Je tire une latte, puis deux. La fumée m’envahit la bouche. Ça fait du bien.

Matthieu me regarde, hébété.

- Je suis encore là ! Je peux me battre !!!
- Je n’en doute pas.

En partant précipitamment, Arthur et Sarah ont laissé des caisses en plan. L’une d’elle a été éventrée par l’attaque de mon Laggron. J’y distingue l’inscription « SECRET ». À l’intérieur, une simple Pokéball violette ornée d’un « M » stylisé. Je manquais de Pokéball, ça tombe bien. Je fourre l’objet dans ma poche

- Hey ! Tu n’as pas le droit de toucher à ça !

Où ai-je bien pu la fourrer ? Peut-être au fond du sac ?

- Mon rôle était de te ralentir pour laisser Arthur s’échapper. Mais je peux encore t’amocher. Rends-moi ce que tu as volé !
- Ben voyons.

Ah. La voilà.

- Nosferalto ! Cru-ailes !
- Magneton. Onde de choc.

À peine Magneton est-il sorti de sa Pokéball que l’éclair illumine la pièce. Le Nosferalto ennemi se fige en l’air, agité de soubresauts très dérangeants. Des arcs électriques courent le long de son corps. Finalement, avant que Matthieu ne réagisse, il s’écrase au sol dans un bruit mou, carbonisé.

- Merci, Magne.

Matthieu a un mouvement de recul. Je le vois tourner la tête vers l’eau.

- N’y pense même pas.

Magne fait crépiter ses aimants. Je me rapproche de mon adversaire désarmé.

Vers la porte.

- Tut tut.

Cendrine pousse un petit rugissement mignon. L’admin de la Team Aqua est terrorisé. Il s’écroule et recule devant moi.

- Tu m’as battu ! Qu’est-ce que tu veux de plus ?!
- Où sont-ils allés ?
- Je ne le sais pas ! Je ne faisais pas partie du prochain plan !

Évidemment. Pas besoin de le cuisiner pour savoir s’il raconte la vérité. De toute façon, je n’ai pas le temps. La police investira bientôt les lieux. Je dois me rendre à l’évidence : j’ai perdu leur trace.

Je tourne les talons. Magne lévite à mes côtés, dardant tour à tour ses trois yeux sur chaque objet de la pièce, Cendrine comprise. Ma Goupix trottine derrière moi. Elle se prend ma chaussure quand je m’arrête brusquement.

- Oh, avant que j’oublie…

J’assène un violent coup de pied retourné dans la mâchoire de Matthieu. Je sens quelque chose craquer sous ma semelle. L’homme pousse un hurlement de douleur et porte les mains à son visage.

- Navré.
- ‘A ‘ahoire ‘uhain !!!
- Je parlais à mon Pokémon. Désolé de t’avoir fait peur, Cendrine.

Je rappelle Cendrine et Magne avant d’essuyer le filet de sang séché au coin de mes lèvres. Je pars sans me retourner, accompagné par les beuglements de Matthieu.

Nénucrique

La fraîcheur de la nuit m’enveloppe comme une couverture. Je me sens étrangement bien. Pourtant, mon enquête n’a jamais autant piétiné. La Team Magma est défaite, mais je n’ai pas Max. Et Arthur… N’en parlons pas.

Du haut d’un piton rocheux, j’assiste à l’assaut des forces de l’ordre sur la planque Aqua. Timing parfait. Mais où aller maintenant ? Je ne peux pas fouiller tous les fonds marins d’Hoenn. Et le temps commence à me manquer.


Mon PokéNav sonne. PierreRochard.

Je laisse l’engin vibrer quelques instants. Je ne peux plus faire confiance à personne. Ce Pierre ne me revient pas. Et qu’est-ce qui me dit que ce gadget ne me trace pas ? N’est pas sur écoute ?

Les vibrations cessent. Puis reprennent de nouveau, comme si Pierre savait pertinemment que j’étais réveillé à cette heure tardive de la nuit.

- Allô ?
- Apollo ! J’ai besoin de toi. J’ai de bonnes raisons de croire que la Team Magma fomente un coup à Algatia. Mais je ne pourrai pas les arrêter seul. J’ai besoin d’aide !!
- La Team… Magma ?

Moi qui pensait l’avoir rayée de la liste… Je devrais arrêter de faire confiance à la police pour arrêter les gens à ma place.

- Je t’attends Apollo ! Je t’envoie mon adresse en mail. Sois discret.

Je raccroche sans lui confirmer quoi que ce soit. Le PokéNav vibre à nouveau à la réception du mail. C’est une adresse à Algatia. Ce mec… Croit-il vraiment que je vais débarquer pour l’aider à corriger la Team Magma ?


Oui. Et je n’ai pas le choix, si je veux en finir avec tout ça.

Irina sait déjà que le voyage va être long quand elle me soulève dans les airs.

Direction Algatia.


Forever in our heart

Image title



Par Nemuru

  • UnMecJusteDerrireToi27/01/16 à 13:30
    Très bon ce Nemurun! Hâte de voir la suite! Kriss l'éventreur c'est bon!
  • JaaJ26/01/16 à 20:03
    - Répond ou mon Laggron va tellement te farcir le bide de glaise que tu chieras des briques jusquà la fin de ta vie. Si tu survis.
    Du pur génie.
  • mery26/01/16 à 19:04
    Bravo ! J'adore !! Vite la suite :)
  • Iglutsoa25/01/16 à 07:27
    Bongo D:
    Rip en paix <3
  • oomegakirby24/01/16 à 23:24
    Pk c tj les meilleurs.qui crevent?
  • AnigmA24/01/16 à 20:00
    Et c'est un Oui
    R.I.P Bongo Never Forget
  • C-700724/01/16 à 19:58
    rip in pepperoni bongo
  • mio mio24/01/16 à 18:40
    RIP Bongo
  • L'homme qui rend hommage24/01/16 à 16:51
    Bongo ce héros
  • Un passant24/01/16 à 16:03
    Violent.
  • lolguy24/01/16 à 15:45
    Nemu'Run = Qualité
  • shadow24/01/16 à 14:58
    enfin,oui!!(dsl ce n'était pas un orgasme)
  • Un passant ordinaire24/01/16 à 14:25
    Et c'est un immense oui, j'attends la suite