Étude du Vivaldaim : Saison 2

T'as compris ? Saison 2 ?

Pour ceux qui prendraient le train en marche, voici le lien vers la partie 1. Profitez bien de la lecture !

Période d’observation : Été

J’ai passé une bonne partie du mois de mai à chercher un moyen d’atténuer la douleur de ma brûlure et me reposer plutôt que de retourner voir les Vivaldaim. Je reviendrai à la clairière une fois cette affaire réglée. Quelle imbécile je suis, j’aurais dû me souvenir que Luther avait un Démolosse. Au final ça s’est infecté plus que prévu avec la chaleur qui arrive. Un tour au centre Pokémon s’impose pour mon plus grand plaisir…

Les portes vitrées s’ouvrent sur le hall commun à tous les centres Pokémon d’Unys. La carte de la région figure sur le mur à ma droite tandis qu’un poster de la Ligue Pokémon avec un Gueriaigle menaçant lui fait face. Au bout du hall, l’infirmière Joëlle tend les bras pour m’accueillir tel un robot en plus de son sourire pour avoir mes Pokémon.

 - C’est pas de mes Pokémon dont il est question mais de moi.
 - Il y a un hôpital destiné pour les humains et ce n’est pas ici, madame.

Je lui attrape son col blanc tandis que Serpentard glisse vers le Nanméouie de service.

- Rien à foutre. C’est pas parce que vous vous occupez majoritairement des Pokémon que vous n’êtes pas capable de le faire avec les humains.

La nurse, voulant me tenir tête, se tourne légèrement vers le Nanméouie pour qu’il intervienne mais elle se ravise à la vue de mon Majaspic près de son Pokémon.

 - Très bien, suivez-moi.

Elle me conduit dans la salle d’observation la plus proche de l’accueil. Celle-ci est blanche et semblable à toutes les autres, avec tous les accessoires nécessaires. Une petite modélisation 3D du squelette d’un Salamèche posé sur le bureau attire mon attention le temps que Joëlle ferme la porte derrière elle. Je m’assois sur la table des patients et lui montre ma jambe gauche.

 - Vous avez laissé votre brûlure telle quelle depuis combien de temps ?
 - Plus de trois semaines mais je me suis fait des décoctions à base des feuilles produites par mon Majaspic pour calmer la douleur.
 - ... Je ne peux pas vous assurer de l’efficacité de ce genre de chose.
 - Disons que c’est de l’auto-persuasion pour aller mieux, maintenant arrêtez de taper la discute et faites quelque chose.

L’infirmière me lance un regard réprobateur et farfouille quelques instants avant de s’interrompre.

- C’est bien un Démolosse qui vous a fait ça ? C’est plutôt rare dans la région.

J’acquiesce avant de m’emparer du Salamèche en os dès qu’elle se retourne. Ne s'apercevant de rien, elle ouvre deux-trois placards supplémentaires avant de me tendre un petit pot.

- Tenez. A appliquer une fois par semaine, la douleur subsistera mais sera moindre. Prenez ça et laissez mon Nanméouie tranquille.

Je ressors donc cinq minutes après avec un onguent spécial brûlure Démolosse et le squelette modélisé dans la poche.

***

De retour à l’hôtel, je m’empresse d’appliquer l’onguent. Une bonne chose de faite, je peux me concentrer de nouveau sur mon objectif principal. Faisons donc un bilan des points à voir pour Vivaldaim :

 -> Les fleurs roses sont confirmées, c’est bon. Je pense que, pour les autres saisons, Vivaldaim doit suivre la couleur des herbes en général. A surveiller.

 -> Pour ses ennemis, je n’ai pas vu de Pokémon qui rôdent autour d’eux pour l’instant. Cela pourrait confirmer ma théorie de l’espèce menacée et qu’ils ont dû changer de zone pour survivre. Leurs prédateurs ne seraient pas aux alentours, ou du moins peu d’individus. Je suis sûre d’une chose, c’est que les humains ne sont peut-être pas étrangers à ça. Si Luther s’est mis en tête de les buter, cette idée a dû traverser d’autres esprits que le sien.

 -> Je prendrai de quoi mesurer la température et le taux d’humidité lorsque je retournerai sur le terrain, les mesures pour le printemps ce sera pour mars de l’année prochaine à cause de ma brûlure.

Mais il y a quelque chose qui me chiffonne. Sa fleur jaune sur sa tête est-elle un capteur ou indicateur pour Vivaldaim qui fait qu’il change de pelage ? Celui-ci est différent à chaque saison, mais sa fleur non. A voir.

***

Je m’apprête à retrouver les Vivaldaim après toutes ces péripéties que j’aurai pu m’éviter. Un changement (presque) inattendu m’attend : leur pelage a opté pour un vert gazon. Pas étonnant vu que mon petit bijou de technologie m’a annoncé un pic de chaleur et que nous sommes déjà en juin. Aucun risque de pluie dans ces conditions.

Cependant je ne pense pas qu’une journée d’observation soit nécessaire pour voir de quelles hautes herbes provient cette couleur de pelage. L’herbe est logiquement verte en été, point. Ça doit aussi être le cas pour l’odeur qu’il a dû prendre, c’est-à-dire la même que les hautes herbes. J’ai eu la confirmation avec la saison passée qu’il avait bien l’odeur des herbes (dans le cas présent, des fleurs) dont il prenait la couleur. On verra bien pour les saison suivantes ce qu’il en est, en sachant que pour l’automne j’ai ma petite idée.

Les Vivaldaim étant partis vers le cours d’eau, je me dirige vers la clairière. Quitte à ne pas faire trop d’observations sur eux, autant profiter du soleil dans un endroit idéal avec mes Pokémon. Je les fais sortir de leur PokéBall et nous sommes partis pour une petite sieste tels des Ronflex.

Un Vivaldaim sorti d’un buisson nous réveille en léchant nos joues, les uns après les autres. Il semble tout enjoué et veut jouer avec Serpentard et mes autres compagnons. Je leur fais un signe de tête pour montrer que je suis d’accord même si me faire réveiller avec de la salive est tout sauf agréable.

Tous les Vivaldaim ne sont donc pas aussi craintifs que je le pensais. Le Pokémon commence à sautiller tout autour de Petit Futé. Étrange, s’il y a bien un de mes Pokémon qui est susceptible d’effrayer c’est lui.

Un brame se fait entendre, identique à celui du Haydaim vu au printemps. Le Vivaldaim se redresse et s’en va après avoir sautillé une dernière fois avec mes Pokémon.

Ce petit rituel dure jusqu’en juillet, mais le fait de ne pas voir un seul Haydaim me fait réfléchir à ce qu’il reste à analyser chez eux. Mis à part les ramures, rien de remarquable je crois.

J’y réfléchis sur le chemin du retour. Si à la place du pelage, c’est les ramures qui changent, cela montre que le Pokémon s’adapte en fonction des saisons comme le fait Vivaldaim ou que ses ramures suivent le même rythme de vie que les plantes ? Cela m’intrigue, le pelage s’adapte quand même aux saisons. Pour le printemps et l’automne, il a un peu de fourrure en bas du cou et son pelage s’adapte pour l’hiver avec plus de fourrure aux pattes.

C’est fort regrettable que le Pokédex ne souligne pas cet aspect là du Pokémon. Le fait que la fourrure s’épaississe en fonction des saisons est peut-être une adaptation en fonction de la température. J’ignore si c’est comparable au changement de couleur du pelage de Vivaldaim par contre.

Un Haydaim me sort de mes réflexions en sautant brusquement devant moi. Il a l’air de fuir quelque chose. Un ennemi ? Je me cache pour espérer l’apercevoir, mais la seule chose qui est passée sous mes yeux est une traînée mauve. Ça n’augure rien de bon, si un ennemi est dans les parages, le troupeau risque de partir.

Un coup de feu retentit non loin de là. Encore cet enfoiré…

Je tape un sprint en direction du bruit et manque de tomber en glissant sur quelque chose.. Du sang. Horrifiée, je continue à pied en remontant la traînée de sang. Celle-ci s’arrête aux pattes du Démolosse de Luther. Sur son dos est attaché le Vivaldaim à l’origine de la traînée de sang.

 - Belle prise n’est-ce pas ? Une balle dans la tête et le tour est joué.

Serpentard s’enroule en un éclair autour de Luther pour l’immobiliser. En tant que Pokémon Plante, il ne peut rester insensible en voyant le Vivaldaim inerte.

 - Pourquoi, le plaisir de la chasse comme toujours ?
 - Prends ça comme des commandes spéciales. Les dames bien aisées et susceptibles de bien rémunérer sont toujours à la recherche de fourrure. La plus en vogue en ce moment est celle des Vivaldaim. Avec autant de couleurs, elles sont prêtes à tout pour en avoir une à chaque saison !

Mon Majaspic resserre son emprise. Je sens son désir de lui broyer les os à l’écoute de ses paroles.

 - Je ne te laisserai pas avoir les autres, tu peux compter là-dessus. Serpentard y veillera.

Un craquement sec se fait entendre. Luther ne peut retenir un cri de douleur. La bonne action du jour est faite, il est l’heure de rentrer. Majaspic revient vers moi en sifflotant gaiement après lui avoir cassé le bras droit. Son Démolosse me montre les crocs, faute de pouvoir attaquer sans brûler la carcasse du Vivaldaim.

 - Tu ne t’en tireras pas comme ça ! Attends que je te retrouve la saison suivante, et ce n’est pas seulement ta jambe qui sera brûlée !

Causes toujours, j’ai ce qu’il faut de toute façon. Je n’ai qu’une crainte désormais : ne pas trouver les petits Vivaldaim si je reviens demain…

***

Et ce que j’ai redouté s’est produit. Aucune trace des Vivaldaim, ni même celui de la clairière. J’ai beau chercher dans la forêt mais rien. Je vais me faire une raison, ils sont partis. Je vais rentrer, dégoutée qu’ils ne soient plus là.

Et évidemment, j’enquille les Pokémon sauvages sur le chemin du retour pour rajouter une couche. Je les mets tous KO, comme ça pas représailles. D'autres herbes bougent, pas moyen d'être tranquille je crois. J'écarte les herbes en espérant effrayer le Pokémon qui se cache derrière. C'est une paire de… Ah non, ce n’est qu'un Morphéo.

Néanmoins l’effet de surprise a marché et il s’est enfui.

Je réessaie la semaine suivante. Je me fais pitié, à chercher comme ça de pauvres Pokémon, ça ne me ressemble pas décidément... Je m'apprête à rentrer lorsque je trouve un Haydaim dans la forêt. Avec ses ramures imposantes et sa prestance, c’est forcément le leader du troupeau.

Les innombrables feuilles qui ornent les ramures et le soleil derrière lui le mettent extrêmement en valeur. Il me fait un signe de tête, m’invitant à le suivre. Encore impressionnée par ses ramures, je mets un peu de temps avant de lui emboîter le pas. Il m’emmène jusqu’à ce qui semble être l’entrée de la Grotte Électrolithe, au nord de la Route 6.

- Le troupeau est de l’autre côté de la grotte, sur la Route 7 donc ?

Suite à mes propos, il s’éclipse. J’ignore pourquoi il a fait cela mais peu importe. Tant qu’il n’est pas transformé en gibier par Luther, c’est l’essentiel.

Cette grotte mène à Parsemille et son aéroport. Pitié, faut pas que je tombe sur la championne. C’est un moulin à parole inarrêtable... Je peux rejoindre la route 7 depuis cette ville et vu que cette route est aussi une zone de ces Pokémon, cela ne m’étonnerait pas qu’ils s’y trouvent.

Toutefois, la Grotte Électrolithe va me poser problème. Si habituellement il y a des Chovsourir dans les grottes, ce n’est pas le cas de celle-ci. Ça fourmille plutôt de Pokémon Electrik. Je vais avoir besoin de beaucoup de Repousses et de patience, déjà que je n’en ai pas beaucoup. Ma poursuite d’observation n’est pas prête de continuer si je dois passer par là. Ça me saoule déjà…

Plus qu’à faire mon sac et quitter Port-Yoneuve pour m’aventurer dans la grotte, après avoir posé mes hypothèses pour cette saison.

Par Ellylia
Edité par Dakhoss, DeadSpark
  • Ellylia 03/04/2019 à 00:20
    Bonsoir et merci pour vos retours sur les 2 premières parties ! J'essaie d'intégrer au mieux vos suggestions avec le récit et sur les prochaines parties qui suivent. La protagoniste sera nuancée petit à petit mais tant qu'elle ne vous laisse pas de marbre c'est l'essentiel !
  • Mewfour 26/03/2019 à 18:20
    Lumière le Funécire n'a pas encore absorbé toute ton énergie vitale, visiblement.
  • Poké-Smasher lambda 25/03/2019 à 16:30
    Sinon, j'aime bien le jeu de mots avec les saisons
  • Poké-Smasher lambda 25/03/2019 à 16:29
    Décidément j'adore cette série
  • Myvh773 25/03/2019 à 10:22
    J'ai du mal à accrocher avec la protagoniste, je trouve son caractère détestable. Ça ne me gêne pas que le héros ne soit pas tout rose ou soit un voyou mais là elle est juste désagréable avec tout le monde pour rien.
  • Dradel 24/03/2019 à 23:45
    Eh bien... Toujours aussi cool.