Nemu'Run : Chapitre 2

Premières pistes

Résumé de l'épisode précédent : Apollo, ancien membre de la Team Galaxy, joue sa remise de peine sur une mission de démantèlement de la Team Aqua et Magma en région de Hoenn. Ses premiers Pokémon en poche, il part à la recherche d'indices pour finir au plus vite sa mission. Son premier combat d'arène marque la fin d'une première journée d'investigation sanglante à Mérouville. Déjà trois Pokémon sont morts sous ses ordres. Mais Apollo persiste dans cette mission de rédemption. Il décide d'interroger Roxanne pour savoir où aller.

Mérouville

Les rayons du soleil matinal viennent se réfléchir dans les flaques d’eau sur les pavés de Mérouville. Il a plu cette nuit. Au loin, une pendule sonne huit coups. J’attends Roxanne devant l’arène. L’école est fermée aujourd’hui. Je me suis renseigné. Pas question que cette fille m’esquive plus longtemps.
La nuit a été horrible. Les lits de camp du Centre Pokémon sont durs comme des planches et leur toile sent le moisi. Peu de dresseurs en voyage doivent dormir sur ces épaves. D’ailleurs, j’étais seul. J’ai eu beaucoup de mal à fermer l’œil de la nuit. Longtemps, j’ai revu les roches s’écraser sur Gisele. Si j’avais eu la présence d’esprit d’envoyer Walter à la place, ça ne serait pas arrivé. Et j’aurais quatre Pokémon.

- Tu es bien matinal, me lance Roxanne.

La championne d’arène se tient devant moi, les mains sur les hanches. Absorbé par mes pensées, je ne l’ai pas entendu arriver.

- Salut.
- Je croyais que tu avais des questions ? Parle, je n’ai pas beaucoup de temps.

Son regard est sévère. Ses cheveux sont tirés en arrière en un chignon strict. J’imagine que la perte de ses Pokémon n’a pas été une bonne chose pour elle non plus.

- Je cherche des informations sur la Team Aqua et la Team Magma. J’ai de bonnes raisons de croire qu’ils se cachent dans cette ville.
- La Team Aqua ? Magma ? Jamais entendu parler.
- C’est un groupe de terroriste qui…

Je m’arrête. Jusqu’où puis-je faire confiance à cette fille que j’ai rencontré la veille ? Et si elle était de mèche avec les criminels que je recherche ?
Roxanne me fait signe de continuer. Elle se mordille la lèvre inférieure. Impatience ? Nervosité ?

- Je…
- Oui ?
- Je… Je cherche un homme habillé de bleu. Il porte un bandana et un bermuda.
- Ah, ça me dit quelque chose.

Vraiment ? Parle t-elle du même mec que j’ai croisé dans les bois ou me mène t-elle en bateau ?

- Dites-moi !!!

Je crache ces derniers mots plus que je ne les prononce. Roxanne a un petit sursaut. Elle balbutie :

- Eh bien, je voulais passer chez Devon pour faire réviser mon Pokénav mais il y avait trop de monde à l’accueil. En sortant, j’ai failli me cogner à cet homme bizarre…
- Où est Devon ?!
- A l’ouest de Mérouville. C’est un grand bâtiment avec des tours mais…

Je n’attends pas la suite de sa phrase et bondit dans la direction indiquée. Je suis en veine. Si Roxanne dit vrai, je vais pouvoir mettre la main sur ce tocard, lui faire cracher les informations que je souhaite, et finir cette mission en un rien de temps. C’est dans la poche.
J’arrive devant le bâtiment de Devon. Impossible de le rater, en vérité. C’est de loin le plus imposant des bâtiments de Mérouville. Même les quelques barres d’immeubles essaimées dans la ville ne le dépassent pas en hauteur. La société est construite sur une place dallée qui donne sur la mer. Les embruns m’ébouriffent les cheveux.

La place est déserte.

Je rentre dans le bâtiment. Le hall d’accueil est bondé. Ce que j’imagine être des clients sont sous le choc. Ce que j’imagine être des employés sont terrorisés. Et ce que j’imagine être un flic est en discussion avec le mec grassouillet du bois Clémenti. Ce dernier me remarque et me fait des grands signes.

- Hé ! Mon sauveur de l’autre fois !

Image title

Je m’approche du flic avec dégoût. Depuis mon arrestation, j’ai comme une inexplicable envie de tabasser tout ce qui porte un uniforme. Mais le gendarme a l’air très fatigué. Sur son carnet sont gribouillés des dépositions illisibles. Il se masse les yeux.

- Récapitulons : un homme a fait irruption dans ce hall. A menacé les clients et le personnel avec un Medhyèna et vous a volé ce colis important, c’est ça ?

Le grassouillet transpire beaucoup.

- Oui, c’est ça ! C’est une commande pour Poivressel. Mais il m’a aussi volé mon Pokénav !
- Je vois. Bon. Votre plainte est enregistrée. Je vais faire une demande d’enquête au commissariat.
- Mais… Je… Mais il faut partir à sa poursuite ! Cet homme m’a volé des choses importantes !!!
- C’est bien dommage, mon bon monsieur. Mais je ne peux rien faire sans une demande d’enquête adressée au commissaire général de Mérouville.

Le gendarme range son carnet et tourne les talons. La force d’inertie de l’administration me fascine. L’homme du bois se tourne vers moi et m’entraîne à l’écart de l’agitation qui règne dans ce hall.

- Crétins de policiers… Alors que ce serait si facile de mettre la main sur ce type !
- Ah ? Vous savez où il se trouve ?
- Oui ! Il m’a pris mon Pokénav. Et mon Pokénav possède une fonction traçante qui me permet de savoir où il se trouve à chaque instant ! Là, je sais qu’il se dirige vers le tunnel Mérazon !

L’homme sort un appareil de sa poche. La machine a une forme ovale grossière et se déplie pour afficher un minuscule écran où s’affiche une carte de la région de Mérouville. Un point s’affiche près d’un lieu indiqué comme le Tunnel Mérazon.

- C’est un autre Pokénav que j’ai emprunté à un collègue. Avec ça, impossible de le rater !
- Et vous voudriez que j’aille l’arrêter, c’est ça ?

L’homme marque une pause, surpris que j’accède si vite à la demande qu’il s’apprêtait à formuler.

- Vous feriez ça ? Je n’ai pas de Pokémon donc j’ai peur d’aller l’affronter mais je sais que vous, ça ne vous posera pas de problème !

Oh non. Pas du tout. Au contraire. J’attrape le Pokénav que me tend ce froussard de Devon et file en direction du Tunnel Mérazon.
La route jusqu’au Tunnel Mérazon est une promenade de santé. Carol est d’une humeur massacrante et tue tout ce qui se dresse sur son chemin. Je crois qu’elle enrage de ne pas avoir été au combat contre Roxanne hier. Je la laisse passer sa colère sur les Ningale, Chuchmur et autres Zigzaton que nous croisons. Je garde un œil sur le Pokénav. Le point s’est arrêté dans le tunnel. J’imagine que le voleur est coincé. J’accélère le pas. Bientôt, le monticule rocheux est en vue.

Tunnel Mérazon

Image title

Un petit attroupement s’est formé à l’entrée de la grotte. Plusieurs dresseurs du coin, des terrassiers et un vieil homme en pleurs. Je bouscule les gens pour me frayer un chemin jusqu’au tunnel. Le vieil homme m’arrête :

- Attendez ! N’allez pas là dedans ! Un homme s’y est réfugié et a pris mon Pokémon en otage ! Il dit qu’il n’hésitera pas à le tuer si on tente quoi que ce soit !

Je repousse le vieil homme en larmes.

- Dégage, papy. J’en fais mon affaire.

Un murmure d’indignation parcourt la foule. Je hausse les épaules, rabat ma capuche et entre dans la grotte.

L’air est lourd, froid et sec. De la vapeur sort de ma bouche. Je frissonne. Comparé aux températures estivales du dehors, l’atmosphère ici est glaciale. Le bruit de mes pas résonne sur les parois de pierre. J’avance prudemment. Le mieux serait encore de prendre le voleur par surprise.

- Poot.

Je sursaute comme un damné. Sans réfléchir, je bondis derrière un rocher. Quel était ce bruit ?

- Poot.

Ça vient de derrière moi. Je me retourne brusquement.

- Poot poot !

Image title

C’est un Chuchmur. Un de ces Chuchmur qui a tué Hans sur la route 116. Un de ceux que Carol a déchiqueté. La bestiole me dévisage avec ses yeux en forme de croix.
Cette saloperie va me faire repérer.
J’attrape la première Ball qui me tombe sous la main dans mon sac et lui lance à la figure. Sans doute surpris par ma rapidité, le Chuchmur n’a pas le temps d’émettre un autre « poot ». La Ball gigote quelques secondes et mon équipe hérite d’un nouveau Pokémon. Carol me dévisage d’un air contrit comme si on avait retiré son jouet à un gamin. J’imagine qu’elle se réjouissait déjà à l'idée d’égorger une nouvelle victime.

- Quoi ? Il peut nous être utile. J’ai vu ce que ces trucs ont fait à Hans. C’est des tueurs.

Une tueuse, en vérité. Et capturée dans une Honor Ball, ces sortes de Poké Ball entièrement blanches qu’on offre aux clients généreux. Ma seule Honor Ball. Bon. Tant pis. Comment pourrais-je appeler cette nouvelle venue ? Je cherche dans le regard de Carol une idée qui ne vient pas.

- Elle s’appellera Poute.

Je jurerais voir ma Medhyèna rouler les yeux.

Le Tunnel n’est pas très long. Ni très large. Mais le brouillard qui l’emplit est particulièrement dense. J’avance à petits pas. Carol trottine derrière moi. Les rares Chuchmur que nous rencontrons n’ont pas le temps d’ouvrir la bouche qu’ils sont éventrés sur place. Mon Pokémon me fait peur. J’hésite à le renvoyer dans sa Pokéball.

Le cri d’un Goélise brise soudain le silence. Se répercutant en écho sur les parois de la grotte, le son semble venir de tous les côtés à la fois. J’ai beaucoup de mal à le localiser.
Fort heureusement, le fugitif me localise avant.

- Hé, toi ! Je te reconnais, le mec du bois Clémenti !

Je me retourne, trop content d’avoir enfin retrouvé l’homme que je cherche pour ne pas esquisser un sourire carnassier. Le sbire de la Team Aqua ! Enfin !!! Par réflexe, je fais un pas de côté et me réfugie dans la pénombre. Le fugitif se tient sur un rocher, en hauteur. Il tient sous le bras un Goélise dont il a scotché les ailes. A ses côtés, un paquet en carton. Sans doute le fameux pack Devon de l’autre froussard adipeux.

- C’est fini. Rends-toi. Ce tunnel est un cul-de-sac.
- Si j’avais un Pokémon pour faire éclater ces rochers, il y a longtemps que j’aurais foutu le camp d’ici ! Mais j’ai un otage ! N’avance pas ou je bute ce Goélise !

Il ramasse un caillou et fait mine de vouloir fracasser la tête du Pokémon oiseau.

- Pose tes Pokéballs par terre ! Sors de ta cachette !

Je décroche et fais rouler mes Pokéballs à la lumière. Sauf une. Mon Honor Ball. Poute sort de sa Ball en émettant un « Poot » timide.

- Alors ?! Tu es sourd ? Avance dans la lumière !
- Très bien, très bien.

La voix chevrotante du sbire trahit sa nervosité. Je fais un pas dans la lumière. Maintenant, gagner du temps.

- Pourquoi s’attaquer à Devon ?
- Ce n’est pas ton problème !
- Qu’y a-t-il dans ce pack ?
- Des plans, des pièces mécaniques… Je ne sais pas à quoi ça servira.

Ce mec est encore plus stupide que je le pensais.

- Où puis-je trouver tes chefs ?
- ARRÊTE AVEC TES QUESTIONS !!!

Le Goélise émet un petit cri plaintif.

- Poute, maintenant !

Ma Chuchmur, qui s’était faufilée derrière le sbire, lance alors une attaque Brouhaha de toutes ses forces. L’homme bondit de peur et manque de se casser la figure. Dans son sursaut de panique, il lâche le Goélise qui vient taper le carton qui, déséquilibré, vient rouler dans la poussière et tomber lourdement à mes pieds. Oups, j’espère qu’il n’y avait rien de fragile là dedans.
Le voleur se remet vite de ses émotions. Il se retourne pour chercher le coupable des yeux mais Poute est déjà revenue vers moi. Excellent travail, cette Chuchmur. Déstabilisé, il cherche le Goélise des yeux. Pas de chance. Pic a fait léviter le Pokémon oiseau en sécurité derrière moi grâce à ses pouvoirs psychiques. Un vrai travail d’équipe.

- Espèce de… Medhyèna, à toi !

Image title

Son Medhyèna sort de la Pokéball en grognant.

- Débarrasse moi de ces merdeux !!!
- Carol, fais-je dans un murmure, tu sais ce qu’il te reste à faire.

Carol se libère de sa prison sphérique, la haine luisant dans ses yeux jaunes.

- Medhyèna, charge !

Le Pokémon adverse bouscule Carol de toutes ses forces. Ma Medhyèna chancelle mais ne faiblit pas. Parfait. Le cou de son adversaire est à portée de crocs.

- Carol. Morsure.

Carol plante ses canines dans la gorge du Medhyèna qui lâche un couinement de douleur.

- Serre fort.

Les couinements se font plus aigus. J’ai l’impression que Carol prend du plaisir dans ce pugilat. Du sang commence à perler sur le pelage gris des deux combattants. L’adversaire se débat. Ses pattes griffent dans le vide. Mais la mâchoire de mon Pokémon est solidement enfoncée.

- Medhyèna ! Dégage-toi et riposte par une attaque charge !

Mauvais calcul. Le Medhyèna se libère d’une ruade mais n’a pas le temps de charger à nouveau. Emportée par sa soif de sang, Carol est déjà dessus. Les deux adversaires roulent dans la poussière en grognant. Le bruit des mâchoires qui claquent se répercute en écho sur les murs de la caverne.

- Arrête.

Les couinements reviennent. Et ce ne sont pas ceux de Carol.

- Arrête !

Trop tard.

- ARRÊTE !!!

Le combat se termine. La poussière retombe. Un corps gît sur le sol. Carol, triomphante, se tient devant le cadavre de son adversaire qu’elle renifle avec mépris. Une petite flaque de sang grandit sous ses pattes.

- NON ! Medhyèna ! Ce n’est pas possible, je… Pas toi ! Pas… Pas comme ça… Je… Medhyèn… Je suis… Non…

La voix de l’homme se brise. Les premiers sanglots commencent à résonner dans la grotte.

- Reviens Medhyèna !

Le rayon de la Pokéball ne rappelle pas le Pokémon. Un Pokémon mort au combat ne peut être soigné. Ou rappelé. Je suis bien placé pour le savoir.

- C’est fini. J’ai gagné. Maintenant tu vas me dire tout ce que tu sais.
- CRÈVE !!!

L’homme prend la fuite. Je ne m’attendais pas à ça. Mais il ne s’attend pas non plus à se faire soulever par la force des pouvoirs psychiques de Pic.

- Choc mental, Pic.

Le fuyard pousse un hurlement alors qu’il est soulevé dans les airs. Sans Pokémon pour le défendre, il est en très mauvaise posture.

- Répond. Pourquoi ces pièces ? Où puis-je trouver les chefs de la team Aqua ?
- Je devais amener ça à Poivressel. Le chef en a besoin. Je ne sais pas pourquoi, sanglote-t-il.
- Tes chefs sont à Poivressel ?
- Oui… Je ne pensais pas que le tunnel serait fermé. Ne me faites pas de mal…
- PIKO !!!

Derrière moi, le Goélise captif lance des petits cris de joie. Accompagné de policiers, le vieil homme de l’entrée du Tunnel Mérazon arrive à notre rencontre.

- Tu l’as retrouvé ! Sois remercié, qui que tu sois !

Je repose mon prisonnier et rappelle mes Pokémon. La proximité des forces de l’ordre me met particulièrement mal à l’aise.
À mon grand étonnement, les flics me félicitent. Apparemment, cela faisait plusieurs jours que ce type de la Team Aqua rôdait dans les rues de Mérouville, larcinant à droite à gauche.
Le vieil homme se tourne vers moi.

- Merci, courageux dresseur. Je suis Archibald Marco. Mais tout le monde m’appelle monsieur Marco. Je te suis reconnaissant d’avoir secouru mon Piko chéri ! Si tu as le moindre besoin, n’hésite pas !
- Je… Merci.

Je saurai m’en rappeler en temps utile.

La police emmène l’infortuné sbire qui sanglote encore. Je ne l’ai pas entendu évoquer la mort de son Medhyèna. Tant mieux. Je ne suis pas sûr que tuer des Pokémon en combat soit particulièrement légal à Hoenn.

- Aaaah ! Mon paquet ! Merci beaucoup !

Décidément.

- Tu as fait du bon travail. Et je pèse mes mots. Un criminel sous les verrous, mon pack récupéré… Le monde a besoin de gens comme toi !

L’homme grassouillet me tend une Super Ball en signe de reconnaissance. Je la fourre dans mon sac sans desserrer les dents.

- Je m’appelle Séverin, au fait. Et t…

Son Pokénav sonne.

- Allô ? Ah, monsieur Rochard ! Oui, j’ai bien récupéré le colis !

Carol a caché le cadavre de son adversaire. Brave fille. Elle est plus intelligente que je le pensais. Pic a fait du bon travail également. Quant à Poute, elle s’est honorablement illustrée aujourd’hui. Peut-être que je n’ai pas que des branques dans mon équipe au final.
Et maintenant ? Que faire, maintenant que le sbire est sous les verrous ? Rallier Poivressel me semble le meilleur plan. Mais je connais mal la région. Si seulement j’avais une carte…
Séverin referme son Pokénav.

- Dis, monsieur Rochard, le président de Devon, souhaiterait te parler. Il dit que tu n’as pas démérité. On rentre ?

Carol revient vers nous. Elle a un peu de sang sur le museau. Je la rappelle en vitesse et nous quittons les lieux.

Siège de Devon - Mérouville

Le bureau de monsieur Rochard est classe. Belle tapisserie, beau parquet, meubles patinés, fossiles un peu partout… Le président de Devon me scrute derrière un immense bureau en acajou. Il est assez vieux. Son costume trois pièces me porte à croire que ce n’est pas un rigolo. Pourtant, c’est tout sourire qu’il me lance :

- Je te remercie. Sans toi, notre livraison au Capitaine Poupe aurait été compromise. Séverin et moi te devons une fière chandelle, ah ah !

Soudain, il se redresse. Son sourire disparaît aussitôt derrière des rides sérieuses.

- Mais trêve de palabres. J’ai besoin de gens comme toi pour une petite mission.

Une mission ? Non merci. J’ai déjà bien assez à faire avec ce que m’a confié Belladonis.

- Je ne pense pas que…
- Accepterais-tu d’accompagner Séverin livrer son colis au Capitaine Poupe à Poivressel ? Je saurai récompenser ton aide.

Ah. Là, c’est autre chose.

- J’ai justement à faire à Poivressel.
- Malheureusement c’est assez loin… Le Tunnel Mérazon est bloqué depuis un moment par un éboulement et la seule route que je vois emprunte un bras de mer… Il vous faudrait un bateau. Mais rien de très voyant.
- Monsieur Marco a une petite embarcation de pêche, je crois, lance Séverin.
- Parfait, donc. Je l’appellerai pour lui donner les termes de la mission. Quel est ton nom ?
- Apollo.
- Eh bien Apollo, il ne sera pas dit que tu as eu affaire à un ingrat. Voici un Pokénav dernière génération. Avec carte, téléphone, montre, radio, localisateur de Pokémon et internet intégré. Il est à toi.

Image title

Le vieil homme me tend le gadget rutilant. Un tel joujou doit coûter assez cher sur le marché. Je le prends en susurrant un « merci ».

- Avec ça, nous pourrons communiquer. Et… Ah ! Avant que j’oublie. J’aimerais que tu remettes ceci à mon fils. Il doit faire des fouilles archéologiques au village Myokara. C’est sur votre route.

Il me tend une enveloppe que j’attrape et donne à Séverin. Pas question de jouer les garçons coursiers. Mon rôle se cantonne à la protection. J’espère que ce crochet vers ce village Myokara ne va pas me ralentir dans ma vraie mission.
Monsieur Rochard nous congédie. En descendant au rez-de-chaussée, Séverin me glisse :

- Je dois dire au revoir à ma femme. Et de toute façon, il est trop tard pour espérer naviguer ce soir. On se donne rendez-vous devant chez monsieur Marco ? Il habite sur le littoral, à la sortie de Clémenti-ville.

J’acquiesce. Une rapide poignée de main est échangée, et chacun s’en va de son côté.

Route 104

Les lampadaires commencent à s’allumer dans le crépuscule qui enrobe Merouville. La journée a été riche en émotions, et me voilà avec un nouvel objectif. L’accompagnement du gros de Devon m’irrite un peu, mais j’ai hérité d’un Pokénav. En outre, monsieur Rochard m’a affirmé qu’il me verserait du liquide sur mon compte en banque une fois la livraison effectuée. Parfait.
Poivressel, donc. Mais rapide passage à Myokara d’abord. D’après le Pokénav, c’est une petite bourgade insulaire qui vit du tourisme et de la pêche. Rien d’extraordinaire. Ah, si. Elle possède une arène. C’est très bien. Ce sera l’occasion de montrer que je ne suis pas le dresseur rouillé que Roxanne a affronté.
Je me dirige tranquillement vers la sortie de la ville. Ce soir, je dormirai à la belle étoile. Trop de mauvais souvenirs dans le centre Pokémon. Je n’ai qu’à traverser le bois Clémenti en vitesse demain. Ce soir, c’est repos sur les bords du lac de Mérouville. Je me pose dans l’herbe et médite devant le soleil couchant.

- Salut.

Une voix féminine résonne derrière moi.

- Flora.
- J’ai appris que tu avais fait arrêter un membre de la Team Aqua. Bravo.
- Merci.
- Comment avance l’enquête ?
- Je ne suis pas sûr de pouvoir raconter ce genre de trucs aux moucherons de ton espèce.

Sans me retourner, je sais qu’elle serre le poing. Cette gamine est trop facile à énerver. Ce n’est même plus drôle.

- Ne me parle pas comme ça. J’ai progressé. J’ai appris que tu avais perdu un Pokémon face à Roxanne. Définitivement. Pas trop de mauvais souvenirs ?

Là, c’est trop. Je me lève et époussette mon jean.

- Je crois que tu n’as pas imprimé ta dernière leçon.

Image title

Walter a besoin d’exercice. Poute aussi. Elle a du potentiel et ce n’est pas l’Arcko minable de mon adversaire qui pourrait lui faire du mal.
Flora exhibe deux Pokéballs.
C’est parti.

- Goélise ! Je compte sur toi !

Le Pokémon oiseau pousse un piaillement en sortant de sa Pokéball. Un type eau… Bon. Poute ne devrait en faire qu’une bouchée.

- Poot !

Ma Chuchmur veut en découdre. C’est parfait. J’ai l’impression qu’elle ne veut pas me décevoir. C’est un esprit que j’apprécie.

- Poute ! Brouhaha !

Je me bouche les oreilles en prévision. Poute ouvre la bouche et lâche une énorme onde sonore qui vient frapper le Goélise de plein fouet. Ce dernier bat frénétiquement des ailes en piaillant, désorienté. Mais il revient vite à lui, pas si amoché que ça. Merde. La surface du lac est troublée par l’attaque de mon Pokémon.

- Goélise, pistolet à O ! Maintenant !

Le Goélise fonce en piqué sur Poute qui, tétanisée, ne bouge pas.

- Esquive, Poute !

Mais trop tard. L’adversaire est sur lui. Et à quelques centimètres de sa tête, il lâche une giclée d’eau. Poute pousse un petit cri, de l’eau plein les yeux. J’ai l’impression que ce foutu Goélise a porté un coup critique. Ma Chuchmur tombe en arrière.

- Ah ! On dirait que ton pauvre Pokémon ne fait pas le poids !

Je fixe Poute en espérant que le Goélise n’a pas frappé trop fort. L’acouphène du Brouhaha est toujours actif dans mes oreilles. Ma main se crispe sur l’Honor Ball. Dois-je la rappeler ? Mais finalement, ma Chuchmur se relève.

- Brouhaha ! Encore !

Poute ouvre la bouche, prête à lâcher ses décibels sur l’adversaire. Mais pas assez rapide, elle se fait surprendre par le Goélise qui est déjà sur elle.

- Pistolet à O ! Pleine puissance !

Le Goélise crache un jet d’eau en pleine face de ma Chuchmur qui agite vainement ses petits bras. Déséquilibrée, elle tombe à l’eau.

- Poute !

Le Goélise revient se poser sur l’épaule de Flora qui ricane. Des bulles viennent crever la surface du lac, mais Poute ne remonte pas.

- Walter ! Remonte-la !

Image title

Mon Gobou se jette à l’eau, bien heureux de faire un peu d’exercice. Les secondes passent mais rien ne remonte.

- Alors ? Un nouveau mort sur la liste maudite des Pokémon qui t’appartiennent ?
- La ferme !

Dès que Poute refait surface, je lui démonte son Goélise et lui efface ce sourire du visage.
Quelque chose remonte. C’est Gobou. Enfin, Walter. Et je comprends à son regard que c’est fini pour Poute. Le cadavre de ma Chuchmur remonte doucement sur le ventre. Elle s’est noyée.
J’amorce un mouvement pour la rappeler mais suspend mon geste. Non. A quoi bon ? Elle est morte. Et Flora se gausse.

- Alors le vieux ? On a perdu sa langue ? On a un combat à finir, je te signale !
- Walter. Charge.

En quelques secondes, Walter sort de l’eau, galope sur le gazon et vient percuter violemment le Goélise de Flora qui s’écroule le bec dans l’herbe, sonné. Le rire de Flora s’étrangle dans sa gorge.

- Bien joué Walter.

Je sais que mon Pokémon a la haine. Poute n'était pas dans l'équipe depuis très longtemps mais vu son regard lorsque j'ai perdu Gisele, je me doute qu'il n'apprécie pas le coup d'éclat du Goélise ennemi. Et puis, il se fige dans son élan. Mon Gobou est agité de soubresauts. Ses pattes s’allongent, deviennent plus robustes, sa tête grossit. Son corps gagne en muscle. Mon Gobou évolue en Flobio.

Image title

Walter me regarde comme si je venais de lui jouer un tour. Il ne comprend pas son changement de forme. Je lui fais un signe encourageant qui semble le rassurer. Flora rappelle son Pokémon.

- D’accord ! Tu as peut-être éliminé mon Goélise mais que vas-tu faire contre mon Arcko ?

Le lézard vert de Bourg-en-vol nous fait à nouveau face. Un type plante… Et Walter qui gagne un second type sol en évoluant… Trop risqué.

- Arcko ! Vole-vie !
- Reviens Walter. Pic, finis-moi ça.

L’attaque d’Arcko touche mon Papinox qui ne s'en émeut pas le moins du monde. J’entends Flora pousser un juron.

- Tornade.

Pic semble bien décidé à faire la fête à son adversaire. En face, l’Arcko a un mouvement de recul, comme s’il savait ce qui allait le frapper. Et il a raison de reculer. Un vent violent le fait décoller de terre pour le balancer quelques mètres plus loin. Il est sérieusement amoché. Mais pas encore éliminé.

- Allez, une autre attaque tornade !

Pic agite les ailes frénétiquement. Le vent commence à souffler fort et le lézard vert est à nouveau balloté comme une poupée de chiffon. Voilà ce qu'il en coûte de s’attaquer à mon équipe.
Mais un rayon de lumière rouge vient toucher l’Arcko. Flora a rappelé son Pokémon.

- Tu as encore du chemin avant de pouvoir espérer me battre. Gamine.

Flora ne dit rien. Elle hausse les épaules, ramasse ses affaires et disparaît.

La nuit est tombée pendant le combat. Les étoiles brillent au dessus du corps de Poute qui flotte à la surface du lac. Je demande à Walter de lui offrir une sépulture décente. Pic semble tout content d’avoir vaincu l’Arcko de Flora. Mais devant mon air las, il laisse tomber ses manifestations d’euphorie. Je rappelle mon équipe et part m’allonger à la belle étoile.

Image title

Walter

Image title

Carol

Image title

Pic

In memoriam

Poute


Merci à 10H10 pour l'artwork.


Par Nemuru

  • Lebof29/06/15 à 00:59
    po mol
Yo, peux-tu désactiver AdBlock pour Pokémon Trash ? Promis, on est cool, reglo et on abuse pas.
Merci, tu gères !
Achetez la Nintendo Switch + Zelda 359.99E
Achetez Pokémon Soleil sur 3DS 34.99E
Achetez Pokémon Lune sur 3DS 34,99E
Achetez la Nintendo 3DS New collector, puissance maximale ! 199,99E
Modifier vos jeux 3DS en toute sécurité avec la Power Save 16,99E